Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Argenteuil 95

Argenteuil 95

www.argenteuil95.com, le journal du web indépendant des habitants d'Argenteuil et de ses environs.


Crise des banlieues: vers quel nouveau contrat social?

Publié par Argenteuil 95 sur 7 Février 2008, 13:17pm

Catégories : #Politique

undefinedLe 25 novembre dernier à Villiers le Bel, un véhicule de la police nationale heurtait la moto sur laquelle circulaient Lakamy et Mohsin,  provoquant la mort tragique des deux adolescents. Au cours des nuits suivant le drame, des dizaines de jeunes s’en prennent aux policiers, brûlant des voitures et tirant à balles réelles. Le commissaire de Sarcelles est attaqué et gravement blessé, Villiers-le-Bel est alors en feu. Mais quelques jours plus tard, le calme revient. Mais la crise est toujours là. Réflexion d'un jeune universitaire argenteuillais.

banlieue.jpg.JPGL
a banlieue française constate avec soulagement que, contrairement aux émeutes de Clichy-sous-Bois en 2005, celles de Villiers-le-Bel n’ont pas provoqué l’embrasement général. Toutefois, si elles ont été circonscrites à quelques quartiers du Val d’Oise, les dernières émeutes se sont caractérisées par une organisation plus grande des émeutiers et par une sophistication des armes utilisées. Si les émeutes de 2005 ont été les plus étendues, celles de novembre dernier ont été les plus violentes. Le point commun entre la révolte de 2005 et celle de 2007 est qu’elles ont été déclenchées par une exacerbation des tensions entre certains jeunes des quartiers populaires et la police nationale. Cette dernière fut la cible privilégiée des émeutiers, 131 policiers furent blessés en quelques jours. Si une infime minorité des jeunes de ces quartiers est à l’origine des émeutes, mais une majorité est concernée par la tension manifeste avec la police nationale.

La crise des banlieues est plus profonde que les évènements violents par lesquels elle se révèle à nos yeux. Derrière les voitures brûlées et la confrontation directe avec les forces de l’ordre, qui incarnent l’autorité de l’Etat et le monopole de la violence légitime, il faut lire un délitement du contrat qui lie les jeunes citoyens à la République. La banalisation des discriminations, la culture du chiffre qui favorise les dérives et les bavures policières, les contrôles d’identité répétés, le discours politique et médiatique dominant sur les banlieues, donnent à certains la fâcheuse impression d’être considérés comme des citoyens de seconde zone.
Le traitement judiciaire des violences urbaines est de ce point de vue significatif. Les comparutions immédiates sont des procès expéditifs dont le rythme et le déroulement rendent impossible le travail efficace des avocats et des juges. Souvent, les principaux éléments d’inculpation sont des témoignages de policiers rédigés de façon entendue et les sentences sont des peines de prison ferme standardisées. Si des individus sont considérés, du point de vue des droits qui leurs sont accordés, comme des citoyens de seconde zone, l’issue fatale est qu’ils réagissent en s’affranchissant de leurs devoirs de citoyens. Or, l’acteur à l’origine de la remise en cause du contrat social n’est pas forcément celui que l’on croit.

De ce point de vue, la rupture sarkozienne a bien eu lieu, mais elle a commencé bien avant son intronisation à l’Elysée. En 2002, Sarkozy  était nommé Ministre de l’Intérieur par Chirac et Raffarin. La suppression de la police de proximité, ses déclarations tonitruantes sur les cités qualifiées d’états de non droit, l’utilisation du terme de voyoucratie, témoignaient d’un changement de cap dans la façon dont la France d’en haut regardait la France d’en bas. Ce qu’on finira par appeler la crise des banlieues est la conséquence logique de cette rupture.
En principe, la République réunit des individus qu’elle regarde comme des personnes morales, sans distinction d’appartenance à certains groupes sociaux. Lorsque certains se sentent lésés, parce qu’ils ont le sentiment de ne pas être reconnus socialement à leur juste valeur ou parce qu’ils se sentent exclus du partage de la richesse, ils peuvent mettre au second plan les normes dominantes pour constituer un groupe social distinct. Se développe alors une tension entre la société dans son ensemble et le groupe social constitué. Les violences urbaines se développent lorsque s’accroît l’écart entre les aspirations des individus et l’amélioration effective de leurs conditions de vie, notamment lorsque le consumérisme ne s’accompagne pas d’une augmentation du pouvoir d’achat.

Mais avant de savoir comment répartir les droits et les richesses, une question préalable est de savoir quels critères vont définir les différents groupes. Durant l’après-guerre, le modèle fordiste dominant reposait sur le clivage entre travailleurs et capitalistes. Aujourd’hui, la société est fragmentée, atomisée par le marché, si bien que la définition des groupes sociaux tend à s’établir sur des bases générationnelles, ethniques, religieuses. La tendance vers laquelle nous courons à grandes enjambées est une société fondée sur le communautarisme et régulée par une police anti-émeute militarisée. Cela constitue une régression significative par rapport à la précédente qui fondait les rapports sociaux sur le fonctionnement du mode de production de la richesse.
Un état de crise est toujours une situation de rupture entre deux situations plus ou moins équilibrées. La question est de savoir vers quel nouvel équilibre la communauté souhaite se diriger : une organisation sociale basée sur le communautarisme, la répression et la loi du profit ou une société dans laquelle les intérêts des différents groupes sociaux sont pris en compte dans le cadre d’un juste compromis.

Abdelkader, Argenteuil

Teaser Lorca - La Rage du Ghetto 1



Réagissez en utilisant "ajouter un commentaire" au dessus de l'article.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Abdelkader 07/02/2008 13:28

Cher Arezki,
j'ai été très impressionné par le blog, c'est du beau travail. L'article sur le GPV est très intéressant. Je n'ai pas encore exploré toutes les fonctionnalités mais il a l'air très pratique.
Je te joints mon article, lis-le et dis moi ce que tu en penses.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents