Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Argenteuil 95

Argenteuil 95

www.argenteuil95.com, le journal du web indépendant des habitants d'Argenteuil et de ses environs.


Une Mère interpelle Sarkozy sur la discrimination mémorielle qu'il planifie pour les CM2

Publié par Arezkijour sur 26 Février 2008, 02:03am

Catégories : #Actualité

Bonjour à tous, Je vous sais ou imagine tous bien occupés en cette période d'activité professionelle ou étudiante, et de militantisme, mais je vous invite, à prendre le temps de lire (si ce n'est déjà fait) cette lettre d'une maman adressée à ce "président" de Sarkozy. Elle est à couper le souffle !.. Je vous laisse l'apprécier et surtout vous invite à la diffuser sans modération...Amicalement, Corinne.


Voici la lettre en question qui circule déjà sous forme de pétition :

Voila que, non satisfait de la glissade morale effectuée sur la peau de banane Guy Môquet qu’il s’était à lui-même étendue comme carpette, Mr Sarkozy prétend « faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d’un des 11 000 enfants français victimes de la Shoah ».

Ma fille sera en CM2 en 2013. Elle porte en elle, de par la grâce de ses parents, la mémoire de ces milliers d’enfants, français et non français, qui au long de l’histoire humaine furent déportés, séparés des leurs, rendus orphelins, esclaves, choses sexuelles, assassinés…sur les 5 continents. Et qui le sont encore. Elle porte en elle la mémoire future de ces enfants violemment séparés de leurs parents ou familles, ici, maintenant, en France devant ses yeux de fillette de 4 ans. Elle porte en elle en tant que future femme, citoyenne, lionne au combat, la mémoire de tous ces enfants qu’elle aura vus déportés de son supposé pays de cocagne vers des univers où ils disparaissent, de tous ces enfants qui n’ont pas d’enfance, en Palestine, au Liban,... de tous ces enfants marchandés cyniquement, au nom de l’enfance, au Tchad, ailleurs…

Ma fille porte en elle tout ceci parce qu’elle est vivante. Parce qu’elle a un papa et une maman vivants auprès d’elle. Qui animent son âme autant qu’ils le peuvent de toute l’actualité de leurs combats, à sa mesure de petite fille, en lui apprenant qu’il n’y a pas de différence, entre un enfant blanc et un noir, entre un enfant juif, catholique, sikh, musulman, bouddhiste, que tout enfant a droit au bonheur d’être enfant, dans la douceur de sa famille, les câlins, le jeu, les apprentissages.

Ma fille porte en elle tout cela, et elle ne se verra pas confiée par l’école la mémoire de l’un des 11 000 enfants français victimes de la Shoah. Ce travail, qui m’est dévolu en tant que parent, et qu’il n’appartient pas à mon sens au Président de la République de choisir de faire à ma place, je l’élabore dans le respect de mon enfant, et de ce qu’est notre famille.

Il n’y a pas que la Shoah, Mr. le Président. Maints massacres furent perpétrés, maintes mémoires furent et sont encore blessées qu’il vous semble vain d’honorer, maints enfants furent déportés et assassinés, dont vous semblez faire si peu de cas, en d’autres temps tout aussi atroces que celui de la Shoah.

Quel est ce besoin que vous nous démontrez donc là, un besoin de repentance ? Ce mot que vous refusez à tout crin à ceux qui ne vous le demandent même pas, mais qui voudraient juste prononcer le mot de mémoire sans se faire éconduire ?

Qu’allez-vous donc faire dans cette galère ? Quel besoin de s’aplatir dans le vent d’une seule direction, sous les tapis du souvenir d’une seule victime ? Vous nous avez suffisament dit lorsque cela vous arrangeait que les enfants n’étaient pas comptables des fautes de leurs pères.

Ma fille ne se verra confier par vous la mémoire d’aucun enfant d’une seule confession, d’une seule déportation, d’un seul esclavage, d’un seul massacre.

Ma fille ne sera jamais l’objet de votre manipulation de l’histoire, de l’émotion, du drame humain au service de vos seuls biens et besoins personnels, politiques ou autres.

Elle ne croulera pas sous le poids de votre culpabilité ou de vos obédiences. Elle grandit libre dans sa connaissance de l’autre, des ses bonheurs et malheurs, grands et petits, auxquels nous désirons l’éveiller pour qu’elle puisse partager le poids, plus tard, avec ceux qui souffrent.

Mon enfant, nos enfants, grandissent à présent dans une France dont mes parents, humains généreux s’il en fut, auraient profondément honte . Si ma mère n’était pas morte, elle défilerait aujourd’hui du haut de ses 89 ans, pour vous faire savoir qu’il suffit.

Qu’il suffit de l’outrager.

Qu’il suffit de choisir dans les souffrances humaines celles qu’il vous agrée d’honorer et celles qu’il vous indiffère d’ignorer. Quand ce n’est pas celles qu’il vous arrange de rejeter dans de lointaines poubelles.

Qu’il suffit de gesticuler, justifiant toutes les exactions de la France dans l’Ailleurs en ne supportant pas que l’Ailleurs vienne vivre dans la France.

Qu’il suffit de faire la leçon à des enseignants sur ce qu’il convient de faire partager d’histoire à leurs élèves, alors qu’ils nous font tous les jours partager, à nous parents, la fin de l’histoire d’une éducation nationale que vous rendez exangue.

Qu’il suffit de tuer les familles, je pèse mes mots, en envoyant vos sbires arracher les portes, arracher les affaires personnelles, arracher les êtres de leur travail, arracher les hommes de leur famille, arracher les mères de leurs enfants, ce que vous faites tous les jours, ici, en France.

Quand vous offrirez de la France un autre spectacle aux yeux de nos enfants.

Quand vous cesserez de nous mettre en deuil chaque matin de l’une des qualités d’accueil, de soin, de solidarité, d’éducation, de liberté, d’égalité, de fraternité... qui devraient être la nature, l’essence, la colonne vertébrale de notre pays.

Quand vous vous préoccuperez, aussi, de ce qui se passe dans une salle de classe lorsque les maitresse malades ne sont pas remplacées, au collège lorsque les adultes si dévoués soient-ils à leur mission, n’y sont pas assez nombreux.

Quand vous proposerez à nos enfants la prise en considération de toutes les souffrances des humains à travers l’histoire, sans quantification, sans classification.

Quand vous nous aiderez véritablement à les construire dans le respect de l’autre sous les yeux d’une République exemplaire.

Quand vous tiendrez vos promesses de protéger tous les opprimés, toutes les femmes opprimées, tous les déshérités, tous les enfants déshérités...

Quand vous ferez véritablement preuve d’un courage révolutionnaire et visible en cessant les exactions, en ramenant vos chiens.

Quand vous serez capable de ne plus fabriquer visiblement et incessament un pathos bien ciblé, d’héroïsme ou de pitié, c’est tout comme, pour dissimuler la déconstruction de l’humain et de l’espoir que vous vous acharnez à promouvoir.

Quand vous serez ce que vous n’êtes pas, quand vous ne serez plus ce que vous êtes.

Je cesserai d’être en deuil de mon pays idéal.

Je cesserai de ne pouvoir plus lire les journaux et de pleurer chaque jour à la découverte des nouveaux nuages.

Un grand mal est toujours suivi d’un grand bien.

La citoyenneté profondément humaine, sincère, dévouée, invisible, muette pour l’instant, s’amplifie chaque jour qui passe avec son lot d’expulsés amis, de justes condamnés, ...

La réponse à votre action est dans cette résistance contre laquelle vous ne pouvez strictement rien.

La pensée et le coeur sont irréductibles.

Ma fille se construit, comme bien d’autres enfants, par la grâce d’adultes conscients de leur devoir d’ "êtres au monde" parmi d’autres "êtres au monde".

Ces enfants seront des adultes, nombreux et imperturbables, des lions, auxquels il incombera de développer à une échelle jamais vue les valeurs de beauté et de bonté de la vie, pêchées dans le meilleur de chacune de leurs origines, passées au tamis du métissage, cimentées entre elles par la liberté et l’empathie réunies.

Vous ne sauriez apprendre à mon enfant cela que je choisis de lui apprendre.

Son espoir et sa force sont entre les mains de son père et de sa mère.

Claire Aymes, le 14 février 2008

  Réagissez à cette lettre undefined

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

baxter 14/09/2009 03:05

merci Claire Aymes,la situation et grave pour nos enfants et vous avais trouvé les mots pour dénoncé tout ca.BRAVO!!!

achari 16/07/2009 16:37

Bravo, Madame!!
Mes respects........!!!

marie 29/05/2009 12:40

Bravo madame ! Citoyen reveillez vous devant "l'oppresseur" , nos droit, nos libertes fout le camp !

la vigilante 18/04/2008 08:23

Souviens toi bien de la SHOA et oublies le reste c'est le désir du gouvernement la preuve
ils veulent refaire l'histoire

Archives: Vichy et la guerre d'Algérie bientôt inaccessibles

Par Chloé Leprince | Rue89

Le 29 avril, les députés examineront le projet de loi sur les archives. Or ce texte, tel que les sénateurs l'ont adopté en janvier, ne fait pas décolérer les chercheurs. Depuis le début de la semaine, une pétition circule, qui a déjà recueilli plus de 600 signatures en quatre jours.

Parmi les signataires de la lettre ouverte adressée aux parlementaires par l'Association des usagers du service public des archives nationales (AUSPAN), beaucoup d'historiens, mais aussi des sociologues, des philosophes du droit ou de "simples citoyens". Tous s'insurgent contre "la culture du secret" qui sous-tend ce projet de loi.

Le texte sorti du Sénat il y a trois mois durcit l'accès aux archives nationales, notamment aux dossiers de l'administration et de la police. Pour les signataires de la pétition, parmi lesquels Patrick Weil, Gérard Noiriel, Anne Wieviorka ou Jean-Pierre Azéma, son but initial était pourtant tout le contraire: le législateur avait promis d'assouplir l'accès aux dossiers. Notamment en substituant au délais de trente ans en vigueur depuis une loi de 1979 un "principe de libre communicabilité".

Or c'est précisément le contraire qui émane du texte discuté fin avril au Palais-Bourbon: les sénateurs l'ont modifié au point d'entraver l'accès aux archives. Ainsi le Sénat a par exemple fait passer de soixante à soixante-quinze ans le délai de consultation pour les "documents dont la communication porte atteinte à la vie privée". Et le projet de loi actuel rend "non communicables" certaines archives publiques.

Benjamin Stora, historien de renom, a signé la pétition. Pour lui, les dispositions du nouveau texte restreignent considérablement le champ de la recherche:


En interdisant l'accès aux archives avant soixante-quinze ans si le texte passe comme tel, la loi empêcherait par exemple l'accès aux documents pour des périodes aussi sensibles que le régime de Vichy ou la guerre d'Algérie.

"Protéger les territoires brûlants de l'histoire contemporaine"

Réputé pour ses travaux sur la guerre d'Algérie, Benjamin Stora argue que, sans accès aux archives de l'Etat et de l'armée, "le récit historique se trouve mutilé". Pour l'universitaire, les sénateurs ont plutôt cherché à "protéger les territoires brûlants de l'histoire contemporaine":


Enseignant à l'Inalco, Stora précise que le champ de la discipline historique a aussi évolué. Aussi, pour lui, "l'histoire, ce n'est pas simplement l'histoire politique mais aussi la sexualité, l'histoire culturelle, les mœurs".

C'est au nom de la richesse de la recherche qu'il repousse le prétexte de la protection de la vie privée:

"Bien sûr, il faut aussi protéger la vie privée. Mais là, ça fait beaucoup et nous avons forcément un sentiment de fermeture d'archives. Ici, il s'agit plutôt de protéger la vie privée de certains individus. Seulement certains."

Pour Helen Darbishire, directrice exécutive de l'association Access Info Europe qui œuvre pour "protéger le droit à l’accès à l’information", cette nouvelle loi va "à contre-courant" de la tendance actuelle ailleurs en Europe:

"Au Royaume-Uni, il faut actuellement attendre trente ans mais une consultation publique est en cours pour raccourcir le délai. Dans les pays de l'ex-bloc de l'Est, on assiste en ce moment à l'ouverture des archives de la période communiste, avec un accès dès maintenant à des documents qui n'ont pas plus de dix-huit ou vingt ans."

Elle aussi affirme qu'il faut protéger la vie privée… mais pas à n'importe quel prix, dès lors qu'il s'agit de personnalités publiques:

"Il faut penser les archives par rapport à l'intérêt qu'elles représentent pour le public. La vie privée doit aussi être considérée dans une perspective historique: pour des personnalités, c'est aussi parlant historiquement!"

la vigilante 17/04/2008 16:46

oui faut faire un devoir de memoire mais de ce qui ce passe aujourd'hui voila donc une Idée.......source le sîte sarkostique

Vous prenez une carte postale (une gratuite, on en trouve partout !)
*Vous y écrivez le texte suivant:
PROPOSITION POUR LA RENTREE
"Désormais chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se verront confier la mémoire de l'un des 11 000 enfants
victimes des lois Sarkozy-Hortefeux contre l'immigration.
Les enfants de CM2 devront connaître le nom et l'existence d'un enfant renvoyé dans son pays.
Rien n'est plus émouvant pour un enfant que l' histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui."
Vous envoyez (gratuit, franchise postale) à:
Monsieur le Président de la République,
Palais de l'Elysée,
55, rue du Faubourg Saint-Honoré,
75008-- PARIS.
Faites passer à vos réseaux.
La terre est ma patrie, l'humanité ma famille. Khalil Gibran

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents